36e division de gendarmerie à pied

Date de formation : 27 février 1793.

 Formation :

 Elle fut formée le 27 février 1793 à Paris et comprenait deux bataillons à quatre compagnies et une seule compagnie de canonniers.

 Historique :

 Le 15 juin 1794, la Convention décréta la réunion des différentes divisions de gendarmerie. La 36ème division de gendarmerie devint la nouvelle 33ème division de Gendarmerie.

Portraits :

 Charles-Louis Girault, originaire de Paris, d’abord soldat au régiment ci-devant de la Guadeloupe de 1782 à 1790, volontaire dans la Garde parisienne soldée entre 1790 et 1791. S’engagea à 25 ans dans le 3ème bataillon de Paris (20 janvier 1792). Se retira dès le 1er décembre, mais reprit du service dans la 36ème division de Gendarmerie (1er mai 1793), maréchal des logis chef (6 mai), adjudant-major Capitaine (26 mai), adjoint aux adjudants-généraux (3 octobre), il rentra à la 36ème division (18 août 1794). Capitaine à la suite de la 31ème division de Gendarmerie (1er décembre 1794), il passa à la 49ème demi-brigade de ligne (1796). Adjoint aux états-majors (1799), réformé en 1808.

Jean-Denis Tulard originaire de Rozoy-en-Brie dans le département de la Seine-et-Marne, d’abord dragon dans le régiment ci-devant Chartres (de 1781 à 1786), puis grenadier dans la garde parisienne soldée (1789 à 1791), s’engagea à 28 ans dans le 3ème bataillon de Paris (15 janvier 1792), passa dans la 36ème division de gendarmerie (30 novembre), brigadier (15 février 1793), admis dans les vétérans (1795), sous-lieutenant au régiment de Lee (1796), fait prisonnier en Irlande, puis fut renvoyé en France, sous-lieutenant au bataillon auxiliaire de l’Eure-et-Loir (1799), réformé la même année, pensionné (1811), mourut le 11 janvier 1813[1].

Article de Didier Davin et Laurent B.

sehri

[1] Chassin et Hennet, Les volontaires nationaux pendant la Révolution, tome 1, p. 319.