20e bataillon de chasseurs

infanterie-legere

Le 20ème bataillon des chasseurs :

 

Date de formation : D’abord formé à Toulouse, le 5 mars 1793, sous le nom de bataillon des fédérés de Marseille[1].

Historique :

 1793 :

 Il comprenait une compagnie franche de Marseille, deux compagnies de chasseurs de la Haute-Garonne, deux compagnies de l’Hérault et deux compagnies de l’Aude. Il reçut plus tard deux compagnies du bataillon des chasseurs du Midi et six compagnies du 3ème bis bataillon de Paris. Le 2 septembre, il prit le nom de 20ème bataillon de chasseurs.

 Didier Davin indique qu’il fut formé d’ abord sous les numéros 16 puis 20, en septembre avec quatre compagnies de l’Aude et de l’Hérault dites chasseurs du Midi, deux compagnies de la Haute-Garonne, deux compagnies de Moissac, une compagnie de Marseille (ex fédérés du 10 août) et la compagnie de chasseurs du Midi formée par la Section du Temple de Paris[2].

 Un ordre de bataille de la collection Nafziger l’indique au début de 1793 faisant partie des troupes de l’armée des Ardennes.

 1794 :

 Le bataillon se trouvait dans la 5ème division du général Charlet, brigadiers Chrétien et Sol, à Mont-Libre, jusqu’au Val d’Aran[3].

 Embrigadement/amalgame :

 1ère formation :

 La 20ème demi-brigade légère fut formée le 16 juillet 1795, au Mont-Louis, selon Belhomme[4] avec le 20ème bataillon de chasseurs et les 9ème et 10ème bataillons de la Haute-Garonne.

 La 20ème bis demi-brigade légère fut formée le 30 juin 1795, à Mayence, selon Belhomme. Elle se composait du 1er bataillon franc de la Moselle, du 11ème bataillon du Doubs et du 4ème bis de la Charente.

Bertaud et Roucaud[5] ne donnent aucune information au sujet de cette unité, mais le Journal de l’an VII avance une autre formation à savoir, le 20ème autre bataillon de chasseurs, le 1er bataillon des corps francs, le 11ème bataillon du Doubs et le 4ème bataillon de la Charente.

En l’état nous ne pouvons trancher positivement. La thèse du 4ème des Charentes ne semble pas plausible, celle du 4ème bis paraissant meilleure. Le 20ème  bataillon de chasseurs a peut-être été formé avec ce 1er bataillon franc selon le Journal de l’An VII, mais Belhomme contredit ce fait.

Article de Didier Davin et Laurent B.

sehri

[1] Selon Belhomme et son Histoire de l’infanterie en France.

[2] Chassin et Hennet, Les volontaires nationaux pendant la Révolution.

[3] Christian de Cau, Pérignon, Etat de situation de l’armée des Pyrénées-Orientales en novembre 1794.

[4] Belhomme, Histoire de l’infanterie en France.

[5] Bertaud et Roucaud, Inventaire des registres matricules des demi-brigades de bataille, série 17 YC, archives de Vincennes.