1er bataillon de pontonniers, dit du Rhin

blog-64

1er bataillon de pontonniers dit du Rhin :

Historique :

« Les officiers des compagnies d’ouvriers étant chargés des ponts, il serait nécessaire de joindre 60 batteliers soldats habillés et armés comme les ouvriers, cette augmentation mettra les compagnies d’ouvriers à 6 officiers, 7 sergents maîtres, 7 sous-maîtres, 2 tambours fraters, 66 ouvriers ou batteliers, 18 apprentis, total 100 hommes »
Projet de deux ponts de bateaux propres en temps de guerre à passer les armées de l’autre côté du Rhin avec gros canon de siège, n.d. [fin XVIIIe siècle]. Centre de documentation du musée de l’Empéri, Salon-de-Provence

 

1800 :

Les 1ère, 2e, 3e, 4e, 5e, 6e et 7e compagnies du bataillon de pontonniers, plus son état-major, étaient à l’armée du Rhin en l’an VIII.

Chef de brigade :

Louis Dedon 1795-1799

Chefs de bataillon :

Frédéric Derbellet 1793

Frédéric Hoffel 1793

Riebel 1794-1799

Autres officiers :

 Antoine Galland, originaire de Cheniers dans le département de la Creuse, volontaire dans la Garde nationale parisienne (1789), canonnier (1790), âgé de 31 ans au moment de son engagement dans le 4ème bataillon de Paris, élu second lieutenant de canonniers (3 septembre 1792), puis 1er lieutenant (6 mars 1793), capitaine en second (4 avril 1794), capitaine au 2ème bataillon de pontonniers (1797), puis au 1er bataillon (1802), chevalier de la Légion d’Honneur (1806), officier de la Légion d’Honneur (1809), capitaine d’artillerie en résidence fixe et à vie, sur la demande de Lariboisière en récompense de ses services (1810), blessé au siège de Charleroi, à Mannheim et à Feldkirch, retraité en 1815[1].

Jean-Baptiste Gaudenard, né en 1754 à Valay près de Gray. S’engagea au 4ème régiment d’artillerie (1771). Appointé (1779), sergent (1780), sergent-major (1785), puis second lieutenant (1791). Nommé 1er lieutenant (1792), capitaine (1793), il participa à l’expédition de Saint-Domingue puis regagna la France pour causes d’infirmités et de blessures. En 1801, alors que Griois était nommé au poste de capitaine de la 3ème compagnie du régiment se trouvant au Havre, Villaret de Joyeuse commandant le régiment, obtînt avec l’accord de Griois, que Gaudenard prit le commandement de la 3ème compagnie et que Griois resta à celui de la 10ème. L’annonce de la paix avec l’Angleterre et de l’envoi du corps d’artillerie rassemblé à Brest pour l’île de Saint-Domingue fit se repentir Griois d’avoir consenti à cet échange. Villaret de Joyeuse écrit à nouveau au ministre pour annuler sa demande, et après bien des inquiétudes pour Griois, Gaudenard prit donc le commandement de la 10ème compagnie destinée à servir à Saint-Domingue. Il entra en 1802 comme capitaine-commandant au bataillon des pontonniers du Rhin, et devint la même année chef de Bataillon au 3ème régiment d’Artillerie. L’année suivante il fut inspecteur de la manufacture d’armes de Roanne et prit sa retraite en 1809.

Henry, capitaine de pontonniers, ayant fait la campagne d’Allemagne, se distingua le 9 décembre 1800 au passage de l’Inn[2].

 

1ère compagnie de pontonniers :

 Créée le 6 octobre 1792, sur l’initiative du général Biron avec des volontaires de l’armée du Rhin. Elle fut complétée en décembre 1797, avec quelques soldats des 10ème et 109ème demi-brigades d’infanterie.

Elle servit à l’armée du Rhin, notamment à la prise de Mayence par le général Custine (octobre  1792), puis au siège de Mayence (d’avril à juillet 1793) et elle fut comprise dans la reddition avec les honneurs de la guerre de la garnison. Ne pouvant servir durant une année, elle fut envoyée à Strasbourg.

Elle servit ensuite à l’armée de Rhin-et-Moselle et servit lors de plusieurs passages du Rhin (5 et 6 septembre 1795) à Grimmlinghausen, Urdingen, Düsseldorf, puis à Mannheim et Landau (11 décembre).

2ème compagnie de pontonniers :

 Créée le 8 octobre 1792, toujours sur ordre de Biron avec des soldats de l’armée du Rhin. Elle fut renforcée avec des hommes, des 31ème, 50ème, 79ème et 109ème demi-brigades d’infanterie de ligne (décembre 1796).

Elle servit à l’armée du Rhin, notamment à la prise de Mayence par le général Custine (octobre  1792) puis au siège de Mayence (d’avril à juillet 1793) et elle fut comprise dans la reddition avec les honneurs de la guerre de la garnison. Ne pouvant servir durant une année, elle fut envoyée à Strasbourg.

Elle servit ensuite à l’armée de Rhin-et-Moselle et lors de plusieurs passages du Rhin (5 et 6 septembre 1795) à Grimmlinghausen, Urdingen, Düsseldorf, puis à Mannheim et Landau (11 décembre).

3ème compagnie de pontonniers :

 Créée le 5 novembre 1792, avec des volontaires du Bas-Rhin. Elle fut renforcée avec des hommes des 10ème et 109ème demi-brigades d’infanterie (novembre 1796).

Elle servit à l’armée du Rhin, au passage du Rhin (5 et 6 septembre 1795) à Grimmlinghausen, Urdingen et Düsseldorf.

Les 23 et 24 juin 1796, elle participa avec cinq autres compagnies à la construction de ponts sur le Rhin à Kehl. Elles étaient aux ordres du commandant Dedon,  718 pontonniers et 159 embarcations diverses étaient présents. Elle continua de servir ensuite à l’armée d’Allemagne en 1797.

4ème compagnie de pontonniers :

 Créée le 10 avril 1792. Elle fut renforcée avec des hommes des 10ème, 100ème et 109ème demi-brigades d’infanterie de ligne (décembre 1796).

Elle servit à l’armée du Rhin puis au passage du Rhin (5 et 6 septembre 1795) à Grimmlinghausen, Urdingen et Düsseldorf.

Les 23 et 24 juin 1796, elle participa avec cinq autres compagnies à la construction de ponts sur le Rhin à Kehl. Elles étaient aux ordres du commandant Dedon,  718 pontonniers et 159 embarcations diverses étaient présents. Elle continua de servir ensuite à l’armée d’Allemagne (1797), à l’armée d’Helvétie (1798), puis à l’armée du Danube (1799).

5ème compagnie de pontonniers :

 Créée le 1er janvier 1793. Elle fut renforcée avec des hommes des 10ème, 50ème et 109ème demi-brigades d’infanterie de ligne (décembre 1796).

Elle servit à l’armée du Rhin notamment au passage du Rhin (5 et 6 septembre 1795) à Grimmlinghausen, Urdingen et Düsseldorf.

Les 23 et 24 juin 1796, elle participa avec cinq autres compagnies à la construction de ponts sur le Rhin à Kehl. Elles étaient aux ordres du commandant Dedon,  718 pontonniers et 159 embarcations diverses étaient présents. Elle continua de servir ensuite à l’armée d’Allemagne (1797).

6ème compagnie de pontonniers :

 Créée le 18 septembre 1793 avec des hommes venus du 3ème bataillon des volontaires de la Gironde et plus tard des 31ème et 68ème demi-brigades peut-être de ligne.

Elle servit à l’armée du Rhin puis au passage du Rhin (5 et 6 septembre 1795) à Grimmlinghausen, Urdingen et Düsseldorf.

Les 23 et 24 juin 1796, elle participa avec cinq autres compagnies à la construction de ponts sur le Rhin à Kehl. Elles étaient aux ordres du commandant Dedon,  718 pontonniers et 159 embarcations diverses étaient présents. Elle continua de servir ensuite à l’armée d’Allemagne (1797).

7ème compagnie de pontonniers :

 Créée le 18 décembre 1793 avec des hommes du 2ème bataillon du Haut-Rhin et du 11ème bataillon du Jura, ainsi que des hommes du 2ème bataillon du Doubs, 1er de Paris, et plus tard des 58ème et 109ème demi-brigades peut-être de ligne. Elle servit en 1794, à l’armée du Nord et des Ardennes et son équipage de pont jeta un ouvrage sur la Meuse afin de prendre Venloo et Nimègue. Elle fut envoyée ensuite à l’armée du Rhin et jeta des ponts près de Düsseldorf et Urdingen. Le 19 décembre 1799, elle termina un ouvrage pour l’armée du Nord à Bergen en Hollande.

8ème compagnie de pontonniers :

 Créée le 10 janvier 1792. Elle servit en 1794, à l’armée du Nord et des Ardennes et son équipage de pont jette un ouvrage sur la Meuse afin de prendre Venloo et Nimègue. Elle fut envoyée ensuite à l’armée du Rhin et jeta des ponts près de Düsseldorf et Urdingen. Elle fut renforcée le 29 décembre 1796, avec des hommes des 10ème, 68ème et 109ème demi-brigades de ligne. Le 19 décembre 1799, elle termina un ouvrage pour l’armée du Nord à Bergen en Hollande.

Les pontonniers d’Orient affectés à la 8e compagnie du 1er bataillon, campagne d’Egypte débutée le 28 octobre 1797 (1er germinal an 6). Ils revinrent en France le 13 décembre 1801 (22 brumaire an 10) :
– sergent major BRICOU Toussaint, né le 8 septembre 1771 à Paris,
– sergent DAVEZAC Paul, né le 10 décembre 1779 à Tournon-en Agenais, Lot-et-Garonne (47),
– sergent MONCEAU Pierre né le 13 décembre 1761 à Lyon, Rhône, (69),
– sergent RIVET Jean Baptiste, né le 15 décembre 1774 à Nantes Maurest, Loire-Atlantique (44),
– sergent TESNIER Jean né le 27 décembre 1775 à Tours, Indre-et-Loire (37),
– caporal CAMPET François, né le 26 mars 1778 à Rochefort-sur-Neron , Charente-Maritime (17),
– caporal MORILLON, François né le 14 juillet 1775 à Nantes, Loire-Atlantique (44),
– caporal ROBBE (ROBLE) Nicolas, né le 2 mai 1773 à Braisne, Aisne (02),
– pontonnier AILIER dit ELIEGE Joseph Martin né le 31 août 1780 à Lectoure, Gers (32),
– pontonnier AUDIBERT Antoine, né le 19 août 1777 à Alès, Gard (30),
– pontonnier BARRAS,Pierre, né en 1778 à Vitry, Saône-et-Loire (71),
– pontonnier BASSET Jean, né en 1775 à Latresne -Gironde (33),
– pontonnier BAUDRY Charles, né en avril 1778 à Beaulieu, Vendée (85),
– pontonnier DUPUIT Antoine, né le 23 octobre 1777 à Valence, Lot-et-Garonne (47),
– pontonnier FIER Mathieu, né en février 1780 à Lyon, Rhône (69),
– pontonnier FOUCHARD Pierre, né en 1779 à Camroux, Manche (50),
– pontonnier GONDOLFE Auguste, né le 4 octobre 1781 à Cogolin , Var (83),
– pontonnier GUITARD Noel, né le 20 août 1772 à Le Vigen, Haute-Vienne (87),
– pontonnier LAMBERT Jacques, né en 1778 à Charron, Charente-Maritime (17),
– pontonnier LUC Baltazar, né à Marseille, Bouche-du-Rhône (13),
– pontonnier MEUNIER Honor, né en 1778 à Fréjus, Var (83),
– ouvrier MEUNIER (MONIER) Guillaume, né le 17 avril 1774 à Sucheil, Luce Loire-Atlantique (44),
– pontonnier MILLIET André, né le 29 juillet 1777 à Avignon, Vaucluse (84),
– pontonnier PERODOT Philibert, né en 1776 à Noirmoutier-en-Ile, Vendée (85),
– pontonnier QUEBRET François, né le 14 mai 1778 à Bordeaux, Gironde (33),
– pontonnier RENAUD (REYNAUD) Jean Baptiste, né le 9 août 1777 à La Roquebrussane, Var (83),
– pontonnier RIVE Antoine, né à Legans en Suisse,
– pontonnier ROCHE Pierre, né en octobre 1772 au Puy-en-Velay, Haute-Loire (43),
– pontonnier ROYER Jean, né en 1775 à Rousseus, Charente-Maritime (17),
Ils étaient 29 sur les 75 partis de Gênes.

Article de Didier Davin, Jérôme Croyet et Laurent B.

sehri

[1] Chassin et Hennet Les volontaires nationaux pendant la Révolution, p. 460, tome 1.

[2] Charles-Théodore Beauvais, Victoires, conquêtes, désastres, revers et guerres civiles des français, 1792-1815.