17e bataillon de chasseurs

infanterie-legere-1792

Le 17ème bataillon de chasseurs :

 

Date de formation : formé dans les derniers jours de mai 1793.

Formation :

Il fut formé avec le 1er bataillon des chasseurs de Gand, unité belge formé à la fin du mois de décembre 1792, et qui se replia en France suite à la perte de la Belgique (mars 1793). Il est parfois désigné comme 17e bataillon de chasseurs belges. Son commandement fut confié le 5 juillet, à François-Adolphe Crooy, qui fut atteint d’un coup de feu à la cuisse au combat de Tourcoing, le 27 août. Il mourut de ses blessures à Lille, le 4 septembre.

1793 :

Le 30 juillet, il se trouvait à Péronne, avec un effectif de 428 hommes[1]. Les 15 et 16 octobre, il combattit à la bataille de Wattignies, dans les rangs de la division Duquesnoy.

1794 :

Il entra dans la formation du 1er bataillon de tirailleurs belges, formé à Péronne en novembre 1793. D’après Belhomme[2], il fut versé le 13 février 1794 dans le 2ème bataillon de tirailleurs belges.

 

Embrigadement/amalgame :

1ère formation :

La 13ème demi-brigade légère fut formée le 20 avril 1794, à Arlon, selon Belhomme. Sa formation comprenait le 13ème bataillon des chasseurs (ex Gardes françaises), le bataillon de grenadiers et de chasseurs de Reims et le 17ème bataillon des chasseurs volontaires.

2ème formation :

En seconde formation, elle devint la 25ème demi-brigade légère.

Incorporé en seconde formation, le 19 germinal an IV dans la 29ème demi-brigade légère si l’on en croit Bertaud et Roucaud[3], nous ne pouvons trancher positivement.

Portrait :

François-Adolphe Crooy, né à Tongres le 10 décembre 1763, nommé capitaine à la Légion belge (15 octobre 1792). Il passa au commandement du 17e bataillon de chasseurs (français), constitué fin mai 1793, avec le 1er bataillon de chasseurs de Gand. Il fut atteint d’un coup de feu à la cuisse au combat de Tourcoing (27 août) et mourut de ses blessures à Lille, le 4 septembre.

Article de Laurent B.

sehri

[1] Eugène Cruyplants, La Belgique sous la domination française (1792-1815), 1912, tome 2, p. 513.

[2] Belhomme, Histoire de l’Infanterie en France, tome 3 et 4.

[3] Bertaud et Roucaud, Inventaire des registres matricules des demi-brigades de bataille, série 17 YC, archives de Vincennes.